L'actualité et les conseils de votre cabinet de psychothérapie et de psychanalyse jungienne

borderline - psychothérapeute cannes
La personnalité borderline
Publiée le mercredi 15 avril

Aussi appelée personnalité limite, elle est de plus en plus fréquente.

Toutefois, derrière ce terme qui peut sembler barbare aux plus novices ou faire peur à tous ceux dont le diagnostic a penché pour ce trouble de personnalité, je pense qu’il est important d’apporter quelques précisions, qui pourront s’avérer rassurantes pour les personnes concernées.

 

Comment la reconnaître ? Quels symptômes ?

 

Ce trouble est certainement l’un de ceux qui se manifeste le plus de façons variées entre les individus.

Toutefois, certains symptômes sont assez récurrents.

C’est notamment le cas de l’instabilité affective. L’élément le plus marquant du borderline est sa peur de l’abandon, d’être rejeté. Cette peur intense est au cœur de toutes ses relations proches (famille, couple) et parfois ce sentiment peut s’étendre aux relations amicales.

Souvent, de peur de se voir « à nouveau » abandonné, le borderline a tendance à autodétruire ses relations ou tout simplement à y mettre fin avant que cette décision ne puisse venir de l’autre.

De ce fait, il noue généralement peu de relations sur le long terme et soit privilégie une forme de solitude (qui est mal acceptée) soit il multiplie les rencontres.

Autre point majeur, il a une fragilité au niveau des addictions. Ce peut être le jeu, les achats, les compulsions alimentaires, les drogues,…

Certains borderlines peuvent présenter également une forme d’impulsivité et des variations importantes de l’humeur.

Enfin, d’une nature anxieuse, le borderline, lorsqu’il n’est pas suivi en thérapie, peut enchaîner les phases de rejet, d’angoisses majeures, de dépression pouvant devenir majeures.

Le propre du borderline est que sa vision de lui-même et des relations est totalement biaisée et dévalorisée. 

 

Attention, il s’agit là de présenter brièvement ce qui relève d’une personnalité borderline ou limite. Un diagnostic par un thérapeute reste indispensable avant de tirer des conclusions hâtives car plusieurs psychopathologies peuvent se rapprocher de celles-ci mais peuvent s’avérer être plus lourdes de conséquences et requièrent une intervention différente. Demandez toujours l’aide d’un professionnel avant de valider vous-même un diagnostic potentiel.

 

Quelle(s) thérapie(s) pour le borderline ?

Plusieurs points sont essentiels dans la thérapie de la personnalité limite.

Tout d’abord, il est essentiel de lui redonner une image réelle de lui-même et non plus détériorée. C’est tout un apprentissage qu’il faut effectuer pour rétablir ce retour à une perception conforme à la réalité.

Ensuite, il faut que le borderline réapprenne à interpréter les signaux envoyés par ses proches afin de ne plus déduire trop vite et à tord qu’il sera abandonné ou rejeté.

Enfin, le borderline doit apprendre à gérer ses émotions. Cela se passe par des outils comme la sophrologie ou l’hypnose. C’est essentiel pour faire face aux crises d’angoisse aiguës et éviter qu’elles ne dérivent vers la dépression.

 

En conclusion, contrairement à de nombreuses idées reçues, le borderline n’a rien d’un « fou ». Il présente une forte sensibilité à son environnement et au regard de l’autre. Une psychothérapie peut l’aider à se maintenir dans un état de bien-être.

 

Une question ? Vous souhaitez prendre rdv pour une consultation ou une Téléconsultation avec un thérapeute ? Cliquez ici.